Cérémonie citoyenne

Discours prononcé le 17 mars 2017

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Chers amis et je peux désormais dire : citoyennes, citoyens,

Merci d’avoir répondu à l’invitation de cet instant citoyen qui consiste à vous remettre de manière solennelle votre carte d’électeur.
Au-delà de cette dimension institutionnelle, cette cérémonie et ce moment valent bien plus que cela.
Cette rencontre, s’inscrit dans une volonté de redonner du sens et de la valeur à l’acquisition des droits civiques et politiques. Vous pouvez dès maintenant, lors de chaque scrutin, exprimer vos opinions, soutenir vos convictions, participer à la vie politique de votre pays, de votre région, de votre département, de votre commune et de votre intercommunalité.

Quel que puisse être votre intérêt pour ces questions, ne perdez jamais une occasion d’exprimer vos souhaits à travers ce droit qui vous est offert, parce que dans certains pays ce droit est refusé, bafoué ou manipulé. Ne négligez pas cette possibilité d’expression ! C’est votre liberté d’expression.
« Un bulletin de vote est plus fort qu’une balle de fusil » écrivait Abraham Lincoln. Pour conquérir ce droit, beaucoup se sont battus et beaucoup ont payé le prix du sang.
Dans de nombreuses régions du monde, cette faculté est encore considérée comme un luxe !
Vous avez donc désormais le droit de vote. C’est un droit qui n’a pas toujours existé. Il est le résultat d’une longue évolution de nos institutions et du combat mené par tous ceux qui ont permis que nous jouissions aujourd’hui de cette liberté fondamentale.
Il faudrait pouvoir citer nombre de dates. J’en rappellerai quelques-unes.
En 1799, avec le Consulat, le système électoral était si complexe que ce suffrage n’avait d’universel que le nom.
En avril 1945, en France, les femmes se sont rendues aux urnes pour la première fois, et massivement, lors des élections municipales.
Le 5 juillet 1974, au début du septennat du président Giscard d’Estaing, le droit de vote et la majorité légale sont ramenés de 21 à 18 ans. Entre ces dates, que d’avancées réalisées !
Car voter est un droit et un devoir, mais il n’est pas une obligation. Il faut regretter qu’en France on compterait entre 3,5 à 4 millions de personnes en âge de voter non inscrites sur les listes électorales.
C’est pourquoi vous remettre en main propre votre carte d’électeur constitue l’amorce de cette prise de conscience si nécessaire et si essentielle pour l’avenir de la Cité et l’avenir du Pays.

Malheureusement, il est des événements relayés par les médias qui montrent l’action publique sous un mauvais jour et donnent une bien mauvaise image des représentants de la République. Pourtant, cette image ne traduit pas la réalité de la vie démocratique et de l’action des élus locaux, ou nationaux, pour la très grande majorité bénévoles et dévoués au service des citoyens.
La tentation est alors forte de sanctionner les candidats en ne se rendant pas au bureau de vote.
J’ai la conviction que c’est là une erreur, ne pas voter n’est pas une sanction mais représente bien un réel danger pour notre démocratie, car le droit de vote, n'est pas l'expression d'une humeur, c'est une décision sérieuse à l'égard de son pays, à l'égard de ses enfants, ainsi que le disait le Président Jacques Chirac.
Le droit de vote est la liberté unique qui nous est donnée de décider de son destin, de son futur, qu’il soit individuel ou collectif.

Sachez profiter de cette possibilité de vous exprimer, de vous investir pour votre ville, votre département, votre région et votre pays et je dirai même plus : abusez de cette faculté de donner votre avis pour notre avenir commun. Je vous remercie de votre attention.